Forum d'Attelage, Les Meneurs Normands


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Attelage en tandem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lamaré

avatar

Messages : 638
Date d'inscription : 21/03/2009
Localisation : Seine Maritime

MessageSujet: Attelage en tandem   Jeu 28 Avr 2011 - 9:03

Je viens de découvrir un article sur le tandem, il est un peu long mais intéressant :



Quelques mots sur le tandem...
Michel Debrichy

Au hasard de mes lectures, je viens de redécouvrir un article intitulé Quelques mots sur le tandem publié en 1903 dans le Sport universel illustré et signé C.L. Parmi les quelques photographies intéressantes de Delton, trois attelages en tandem. Cet article se présente comme une apologie d'un mode d'attelage que l'auteur prétend " si calomnié et si consciencieusement décrié " ! Par ailleurs, il reconnaît que " le tandem n'est pas l'attelage chic par excellence (mais) sortant un peu de l'ordinaire et réservé à quelques hommes de cheval qui possèdent au plus haut point le sang-froid, le tact et la décision ". Rappelons que dans l'expression attelage en tandem, utilisée quand les deux chevaux sont placés l'un derrière l'autre, le mot latin (tandem : enfin) a été choisi par effet homonymique avec la locution at length (à la longue, en longueur) de l'argot scolaire anglais, comme le signale le Nouveau dictionnaire étymologique et historique d'A. Dauzat

Parmi les reproches, fréquents semble-t-il, il y a un peu plus d'un siècle, l'auteur évoque celui d'être " un attelage qui n'a pas sa raison d'être ", " qui fatigue beaucoup les chevaux " et " qui est excessivement dangereux "…


Michel Debrichy en tandem


•Pourquoi mener en tandem ?

A l'origine, ce mode d'attelage avait une véritable raison d'être. L'Anglais passionné qui se rendait à une journée de chasse, attelait son hunter devant son attelage habituel à un cheval. Le premier ne tirait pas et donc arrivait frais au lieu de rendez-vous. Cette façon d'atteler s'est étendue même en dehors des déplacement pour la chasse et se rencontre régulièrement dans les épreuves de tradition.


•Ce mode d'attelage fatigue-t-il trop les chevaux ?

En général il fatigue soit le leader, si celui-ci tire seul et inconsidérément, soit le wheeler qui porte les brancards et donc le poids du véhicule, surtout si celui-ci est mal équilibré… mais pas véritablement plus que dans le cas d'un attelage classique à deux roues… destiné à un seul cheval !


•Mener en tandem est-il dangereux ?

L'auteur reconnaît que c'est parfois vrai pour un meneur peu expérimenté qui utilise des chevaux peu ou mal préparés, surtout s'ils sont mal attelés et menés sans discernement. Mener en tandem demande une grande dextérité.

On consultera utilement Driving du duc de Beaufort (Londres, 1889) où le chapitre Tandem driving a été rédigé par Lady Georgiana Curzon et Leçons de guides (Paris, 1893) de E. Howlett. Parmi les ouvrages plus récents, B. de Diepold, A l'école de l'attelage, T3 Le menage (Paris 1988) qui reprend in extenso l'article signé C.L. et M. Pape, Die kunst des Fahrens ( Stuttgard, 1966) qui cite B. von Achenbach.
Cité par J.-L. Libourel, Vocabulaire typologique et technique, Paris, 2005.

L'auteur poursuit en développant quelques considérations sur cet exercice si délicat qu'il le réserve à des meneurs avertis.


•Les chevaux

En principe, les connaisseurs préfèrent des chevaux brévilignes pour que l'ensemble de l'attelage ne soit pas trop long et par là disproportionné par rapport au véhicule. Le wheeler sera d'un beau modèle, entre le cheval de selle et le carrossier, avec de belles actions ; le leader, toujours plus petit, sera de même modèle. Les deux auront la queue coupée court et la crinière très raccourcie. Si les deux chevaux ne sont pas d'un modèle proche, mieux vaut qu'ils soient radicalement différents. Plus encore que pour les autres formes d'attelages, les chevaux attelés en tandem doivent être sûrs. Celui de brancard, attelé très près de la caisse, doit être parfaitement calme, avec des allures soutenues. Celui de volée peut être plus brillant et plus vif. Tout ceci montre l'importance du dressage des chevaux, éduqués séparément puis ensemble.


•La voiture

La voiture, généralement un dog-cart, doit être haute pour que le meneur profite d'une bonne visibilité, large et pas trop légère pour assurer la stabilité de l'équipage. Les accessoires sont peu nombreux : deux lanternes, une trompe comme pour un attelage à quatre, mais plus petite, placée à gauche dans un fourreau en cuir alors que le panier destiné aux cannes est accroché à droite. Le fouet est le même et s'utilise de la même façon que celui d'un attelage à quatre.


•Les harnais

Le harnachement habituel est constitué d'une bride avec filet à quatre anneaux pour le leader et un mors ordinaire (aux branches reliées) pour le wheeler. Les clefs de sellette et de brides sont semblables à celles des attelages à quatre. Les croupières sont cousues et dépourvues de boucle pour éviter qu'elles ne soient accrochées par les guides. La seule originalité réside dans la façon de rendre solidaires les deux chevaux. Deux méthodes existent : ou bien les traits du premier sont directement attachés aux extrémités des traits du second, ou bien on utilise un double palonnier. Celui-ci est constitué d'un maître-palonnier (relié au centre au collier et par ses deux extrémités aux traits du wheeler) accroché en son milieu au sommier qui reçoit les traits du leader. Ce second procédé, d'origine américaine, est plus fiable et sera plus tard recommandé par Benno von Achenbach et Max Pape.
A l'origine, le leader, qui devait servir pour la chasse, était sellé et bridé comme un cheval de selle ordinaire auquel on ajoutait une bricole. Aujourd'hui, il sera garni comme un cheval d'attelage habituel mais sans reculement.

L'auteur termine par quelques considérations sur la promenade en tandem. Sur une voiture menée de la sorte, on monte par la droite, comme sur un coache, et c'est aussi de ce côté que l'on place les guides dans l'anneau de sellette du wheeler quand on en descend. C'est le wheeler qui démarre le premier, pour éviter les à-coups, le leader, quant à lui, doit tirer le moins possible et garder les traits tendus en montée seulement. Les chevaux menés avec légèreté doivent bien évidemment rester parfaitement en ligne. Pour le meneur, l'effort physique est réduit, ce qui explique que, assez souvent, des femmes ont préféré l'attelage en tandem qui demande également beaucoup de dextérité, à l'attelage à quatre chevaux.

Dans le passé, l'attelage en flèche, formé de plusieurs chevaux en file les uns derrière les autres, a été fréquemment utilisé pour la traction de charges lourdes, notamment dans certains travaux agricoles. Dans ce cas, on parle d'attelage en flèche, réservant l'appellation en tandem pour les attelages de chevaux de sang et donc utilisés pour les loisirs et la promenade. Les termes randem, random et tridem (trois chevaux) sont moins fréquents.
Le haut degré de technicité et d'habileté dont doit faire preuve le meneur qui utilise un tandem rend aujourd'hui cette pratique plutôt rare mais très appréciée des connaisseurs. Pas étonnant que les épreuves de tradition lui accordent une place importante.
Revenir en haut Aller en bas
quatras76

avatar

Messages : 1419
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 68
Localisation : 76280 Angerville l'orcher

MessageSujet: Re: Attelage en tandem   Jeu 28 Avr 2011 - 9:13

Merci "Marie" pour cette initiative de création d'un sujet spécifique à l'attelage en Tandem.
Ainsi, les échanges que nous aurons à ce sujet seront bien regroupés.

Dans l'article que tu proposes, je retrouve un des arguments qui me motivent:
"Un des chevaux peut ne pas fournir d'effort".

Et pour moi, c'est "ZE" argument!
Je souhaite faire travailler "la mamie" sans lui produire d'efforts inconsidérés!

"On" en reparle bientôt jocolor
Revenir en haut Aller en bas
http://nariolo.eklablog.com/
Didier

avatar

Messages : 507
Date d'inscription : 20/04/2011
Localisation : Champagne

MessageSujet: Re: Attelage en tandem   Jeu 28 Avr 2011 - 17:23

"La raison d'être d'un tandem ? Il parait que c'est grâce aux anglais. Parce que ces bons cavaliers d'extérieur se rendaient sur leur terrain de chasse (à courre) en mettant leur cheval de chasse devant le cheval attelé (à un). Le cheval de devant avait une bride et une selle, ne tractait absolument pas, il était juste devant, et arrivait ainsi tout frais sur le lieu de la chasse."

Arrivé frais ce hunter ? Ben non ! Car il avait comme son copain attelé autant de kilomètres dans les jambes à l'arrivée sur le lieu de chasse, et, certes, un peu moins fatigué car ne portant personne ni tractant rien, mais au retour ? Après ce qu'il allait faire durant cette partie de chasse comme le faisaient les Anglais à l'époque... Pauvre cheval: quelle dure journée ! Hunter ? N'est-ce pas pour désigner un cheval qui saute... Nous verrons ça un peu plus loin mais d'abord...

Nous allons tordre le coup à cette légende ! Car à moi aussi on m’a donné comme définition du tandem, à tord, l’explication ci-dessus qu’un Lord anglais du nom de Tandem aurait inventé l’attelage à la "Tandem" en mettant un cheval devant celui qui tirait sa voiture deux roues. Eh ben non !

Tandem, tridem, etc. C’est du… latin ! Pas de l’anglais ! Il est à savoir que, malgré des recherches, il n’existe pas de nom de famille anglais du nom de Tandem. La bible des noms de famille anglais qu’est le "Burke’s Peerage" où sont répertoriés les familles de quelque renom prouve avec certitude que personne n’a porté ce nom. Donc pas de Lord Tandem ni dans les archives du XVIIIème siècle, époque où l’on signale l’apparition de ces premiers attelages de ce genre. L'existence de Lord Tandem ne semble pas avérée.

Commençons par-là. Le mot "tandem" vient du latin mais que signifie-t-il dans cette langue ? Cela signifie "Enfin, à la longue". Certains mots parfois subissent des modifications, des extensions au fil du temps ou ont un autre sens en plus du sens d’origine. Alors qu’est-il arrivé à notre mot "tandem" ? Ce mot tandem fut mis en avant par le grand orateur Cicéron lors d’une de ses plaidoiries qui débuta ainsi : "Usque tandem abutere patienta nosta, Catalina !". Que vous avez, je suis sûr, tous traduit par "Jusqu’à quand abuseras-tu de notre patiente, Catalina ?". Donc ici "tandem" prend le sens suivant : "une chose d’une exceptionnelle longueur". On commence à apercevoir le sens de cet attelage, que deux chevaux l’un derrière l’autre ça fait une belle longueur…

Oui d’accord ! Mais les anglais là-dedans ? Il ne faut pas les exclure car ils y sont quand même pour quelque chose dans cette manière d’atteler : voyons cela ! D’abord n’oublions pas que dans l'argot scolaire anglais "tandem" avait un sens homonymique à "at length" que l’on peut traduire par en "longueur". Ca se précise hein ?

Oxford, lieu bien connu de cette université de la bourgeoisie anglaise, est l’endroit où on semble avoir vu pour la première fois cet attelage civil. Ben oui ! Mais pourquoi le mot "tandem" dans l’argot scolaire anglais ? Tout simplement parce que ces Messieurs les "Dons" d’Oxford pratiquaient couramment la langue de Cicéron, le latin, et cette acceptation du terme leur était familière. Voici donc pourquoi ils avaient baptisés ce long attelage de "tandem". Mais est-ce la seule raison ? N’y a-t-il pas une autre raison qui y est étroitement liée ? Une autre raison qui a fait naître ce futur attelage civil ?

La turbulence de cette jeunesse anglaise allait jusqu’à se railler des attelages des grands de la noblesse avec leurs carrosses à deux rangs : deux chevaux à l’avant et deux chevaux à l’arrière* ! Ces attelages n’en devenaient pas raisonnables, très longs. Donc les étudiants en auraient fait un jeu en riaient d’eux à tel point qu’ils leur criaient "Tandem !" (Enfin !) Quand la dernière rangée de chevaux était passée devant eux. Le propriétaire était ainsi ridiculisé et parfois les chevaux effrayés par les cris portés vers eux.

Cette jeunesse anglaise était tellement dissipée à telle point que ces étudiants fortunés et turbulents du XVIIIème siècle furent interdits d’attelage en paire entre autres dans les rues étroites de leur cité universitaire. Je vous laisse imaginer les courses qu’ils se faisaient entre eux dans les rues de l’université et de la ville d’Oxford… Dans cette interdiction, ils repérèrent un manquement au règlement : rien n’interdisait de mener deux chevaux en file ! Quelle aubaine de pouvoir faire un pied de nez à leurs autorités et aussi montrer leur audace et adresse afin d’épater les "bourgeois".

"Tandem" désigna alors argotiquement ces attelages, puis au fur et à mesure a désigné cet attelage à deux chevaux attelés en ligne à une voiture hippomobile à deux roues.

Vous avez peut-être remarqué que j’ai utilisé plusieurs fois "attelage civil". Eh oui parce que les militaires ne furent pas en reste ! Chez les militaires on retrouve une première utilisation de ce terme de "tandem" dès 1785 ce qui rajoute quelques hypothèses sur les premières utilisations sportives des tandems dont celle-ci lors du siège de Sébastopol. Les artilleurs de sa très gracieuse majesté s'ennuyaient et les officiers (anciens d’Oxford ?) imaginèrent des courses de chevaux attelés l'un derrière l'autre à un affût de canon. De retour à l'Académie royale ils ont renouvelé leurs exploits et fondé le premier "Tandem club" !

Voilà ! Vous savez pourquoi Tandem ! Wink

* Et oui une sorte de roue de secours lorsque les chevaux de devant étaient fatigués.

----------

Pour faire suite au texte "tandem", il y a quelque chose dans la légende de ce fameux Lord Tandem qui ne colle pas ! C’est le cheval de volée: ce cheval sellé et bridé. On est d’accord qu’il était dit qu’il devait arriver frais, pas fatigué, en forme, pour la chasse à courre... Mais que chassaient à courre les Anglais à l’origine ? Le renard ! Pas le cerf, ni la biche, ni le sanglier ! Non non non !

Le but de cette chasse à courre était avant tout un jeu, de surcroit cruel car un animal allait en mourir bien souvent d’épuisement, mais un jeu qui était aussi de sauter autant d’obstacle que possible en suivant la meute. Il fallait donc que le cheval de chasse, celui de devant dans le tandem, soit un bon sauteur et franc devant l’obstacle.

C’est exactement ce que l’on veut éviter d’un cheval de volée dans un tandem ! Ce n’est déjà pas évident de le tenir orienté dans la direction que l’on veut suivre, que l’on ne souhaite pas avoir un cheval qui ait envie de sauter tous les obstacles rencontrer sur la route.

Il est fort probable que ce furent les veneurs qui adoptèrent ce dispositif de chasse à courre sur les cerfs.

Le sens actuel d'attelage à la tandem, ou atteler en tandem, est attesté en 1884.

Voilà ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Pascal PICARD

avatar

Messages : 670
Date d'inscription : 25/04/2009
Age : 49
Localisation : Pavilly

MessageSujet: Re: Attelage en tandem   Ven 29 Avr 2011 - 20:59

ça en fait de la lecture tout ça.
C'est notre convalescent Hervé qui va être heureux.
Au fait, on ne s'est pas vu à la jnal, bon rétablissement et bises à Lili sunny
Revenir en haut Aller en bas
tatwin974

avatar

Messages : 415
Date d'inscription : 06/09/2009
Localisation : ile de la réunion

MessageSujet: Re: Attelage en tandem   Sam 30 Avr 2011 - 3:38

merci pour tout ces articles! c'est très intéressant!!
j'aime beaucoup connaitre l'origine des choses, alors si vous en avez d'autres des infos comme ça, (sur les voitures, une façon d'atteler, un terme..) je suis preneuse, et je pense que tout le monde en prendra bien un peu!!!

au fait, un peu d'histoire sur l'attelage à l'évêque, puisqu'on en parlait??? quelqu'un?
Revenir en haut Aller en bas
http://shadesun.eklablog.com/accueil-c60545
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attelage en tandem   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attelage en tandem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tandem
» mon mxer 150 modifié!!
» DEMANDE DE SCHEMA POUR SE FAIRE UN PORTE MOTO SUR ATTELAGE
» ATTELAGE DEMONTABLE ET PRISE 12V SUR CALIBER SXT
» Photo d'oslo le petit poney d'attelage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum d'Attelage, Les Meneurs Normands :: "L'attelage pour les nuls" (et aussi pour les autres!) :: Atteler, mener: toute une technique !-
Sauter vers: